Pourquoi les chercheurs sont-ils réticents à publier leurs recherches en ligne ?

«  Je ne mets pas mes résultats de recherche sur internet, car d’autres ne feront que copier-coller et exploiter gratuitement le fruit de mes X années de recherches« .

Cette réticence des chercheurs et étudiants à adhérer au concept de l’ Open Access est encore prédominante à Madagascar. Quand on y réfléchit, très peu de chercheurs discutent de leurs recherches avec des personnes extérieures à leur domaine.

La plupart des travaux de recherche seront publiés dans des revues dont le public n’aura jamais entendu parler, et encore moins y avoir accès, sans parler de les comprendre réellement.

L’absence de médiation des savoirs

Un grand nombre de critiques à l’endroit des enseignants-chercheurs malgaches est basé sur « l absence de résultats de recherche » selon l’opinion publique.

Ceci n’est pas exact. Sans vouloir faire un argumentaire en défense des enseignants-chercheurs, de nombreuses recherches sont conduites et publiées à Madagascar.

Mais la plupart de ces publications se font soit à l’étranger, soit à l’intérieur des cercles académiques : congrès, académie nationale, colloques. Et moins d’un dixième feront l’objet d’un accès ouvert au grand public.

Quant aux médias, très peu de quotidiens et maisons de presse possèdent une rubrique dédiée à la culture scientifique.

Une partie de la responsabilité incombe aux scientifiques eux-mêmes : peut-être qu’un engagement plus étroit entre le chercheur et les médias permettrait une plus grande portée de la recherche académique.

Il s’agit d’un problème complexe et malheureusement, au lieu de s’engager à résoudre le problème, la plupart des scientifiques universitaires se désengagent de la communication avec le public de cette manière.

Le (faux) problème du plagiat

Une des raisons majeures de la réticence des chercheurs à publier leurs travaux en open access est la possibilité que d’autres plagient leurs résultats.

Il est vrai que la disponibilité d’un document en ligne et l’utilisation des outils bureautiques modernes facilitent la pratique du « copier-coller ».

Ceci est un véritable problème surtout pour les étudiants qui sont souvent tentés d’intégrer des parties (ou l’intégralité) d’un article/ouvrage dans leurs mémoires et thèses.

Mais ceci est un faux problème.

La mise en ligne d’un document (selon les normes internationales) permet d’obtenir ce qu’on appelle un DOI.

Le DOI (Digital Object Identifier), identifiant pérenne et unique, permet de référencer, citer et fournir un lien stable vers un fichier en ligne. 

Le but des DOI est de faciliter la gestion sur le long terme de tout objet numérique en ligne à l’aide de métadonnées. Ces métadonnées peuvent évoluer au cours du temps, mais l’identifiant pointant sur la ressource reste invariant. 

Obtenir un DOI –. (2020, 26 mai). https://data.ird.fr. https://data.ird.fr/obtenir-un-doi/

En termes plus simples, il s’agit d’un identifiant numérique qui permet de retracer n’importe quel document en ligne à son auteur, son institution de rattachement grâce aux métadonnées rattachées à son auteur.

De plus, de nombreux détecteurs de plagiat sont maintenant disponibles et permettent de retrouver l’origine d’un texte à partir d’un extrait.

En réalité, mettre un document en ligne permet de le retracer facilement et le protège plus que s’il était stocké dans une bibliothèque inaccessible, ce qui rend la détection du plagiat plus difficile.

Le devoir de publier et communiquer les résultats de recherche

La recherche est, à la base un service d’intérêt public.

Nous travaillons sur les plus grands problèmes de la société. Le travail que nous faisons est essentiel pour comprendre et traiter les maladies, les problèmes sociétaux. Nous créons des innovations et des produits qui changent la vie des gens au quotidien. Nous sommes les moteurs du développement économique.

En ce qui concerne la recherche universitaire, les scientifiques ne devraient pas avoir le monopole de la connaissance et de sa possession. Si nous faisons une découverte, il est de notre devoir de la partager avec le monde. Il est vrai que les revues académiques ont un rôle central dans la diffusion de la recherche, mais je pense qu’il est dommage que le public n’ait pas accès à ces revues, et il n’y a pas beaucoup de revues scientifiques généralistes qui seraient plus accessibles au public.

De toute façon, les scientifiques ne publient pas dans des revues généralistes ; ils ne publient que dans des revues établies, rigoureuses et évaluées par des pairs. C’est normal, car l’évaluation par les pairs est un élément essentiel pour produire et communiquer une recherche de qualité, mais une conséquence involontaire de cette situation est que la grande majorité de la science de la recherche est isolée.

Une autre considération est que c’est le public, en tant que contribuables, qui finance la recherche et attend des résultats. Nous devrions être obligés de diffuser nos travaux sous une forme accessible au public.

L’Open access contribue au développement de la recherche

Certains chercheurs pensent que la promotion des résultats de recherche est une tâche qui incombe aux médias. Quant au public, ce qui sont réellement intéressés feront les recherches nécessaires pour trouver un document.

Il est certain que communiquer avec le public demande du temps et des efforts, mais les avantages pour la carrière d’un scientifique sont nombreux, tout comme les avantages pour le public.

Avantages pour le chercheur :

  • La sensibilisation du public et de la communauté scientifique au sens large peut déboucher sur de nouvelles opportunités et de nouvelles idées qui pourraient stimuler vos recherches.
  • Partager votre science avec le monde entier attire directement l’attention et le respect pour votre travail, ce qui a clairement des avantages pour l’avancement de votre carrière.
  • L’acte de communiquer lui-même aide à mieux organiser les pensées, permet d’identifier les éléments critiques/les plus importants de votre travail, encourage la création de meilleures présentations techniques et non techniques de votre travail, et améliore les compétences générales de rédaction et de présentation orale.
  • Le public (les contribuables) acquiert une meilleure compréhension de la science et peut donc être enclin à soutenir l’augmentation du financement de la recherche à l’avenir.

Avantages pour le public :

  • Le public acquiert un lien personnel avec les chercheurs.
  • Le public a le droit d‘accéder aux travaux scientifiques qu’il finance.
  • Le public est toujours fasciné par les découvertes, surtout si elles impliquent un lien émotionnel avec un aspect de leur vie. Ne sous-estimez jamais leur attention et leur intérêt.

Comment rendre la recherche plus accessible au grand public

Il existe de nombreuses façons pour les scientifiques de communiquer plus directement avec le public.

Ils peuvent notamment écrire un blog personnel, mettre à jour le site web de leur laboratoire ou leur site personnel pour qu’il soit moins technique et plus accessible aux non-scientifiques, créer des forums de vulgarisation scientifique et s’engager avec le bureau de communication de la recherche de leur institution.

La plupart des organisations publient des bulletins d’information ou créent des sites web présentant les travaux effectués, et servent d’intermédiaires entre les chercheurs et les médias.

La plupart des scientifiques universitaires sont tellement concentrés sur les aspects techniques de leur travail et sur le respect des exigences de leurs organismes de financement qu’ils perdent de vue la situation dans son ensemble.

Nous servons l’intérêt public, pas seulement notre propre intérêt et curiosité scientifique, et nous avons donc l’obligation et le devoir de partager nos résultats.

J’espère que les lecteurs de ce blog réfléchiront aux points soulevés et se demanderont si leur héritage ne serait pas mieux servi en étant disponible et accessible au grand public plutôt qu’enfermé dans la tour d’ivoire de la science.

Un avis sur “« Je ne mettrai pas mes travaux de recherche sur internet » : Comment rendre la recherche plus accessible ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *