Thématique : Santé maternelle, néonatale et infantile en Afrique : analyse de la situation et perspectives

Date limite de soumission : 15 octobre 2020

RÉSUMÉ

En Afrique, la mortalité maternelle, néonatale et infantile demeure un véritable fléau : 57 % de tous les décès maternels surviennent sur le continent, ce qui fait de l’Afrique la région du monde où le ratio de mortalité maternelle est le plus élevé. Par ailleurs, l’Afrique continue d’enregistrer les taux les plus élevés de mortalité infantile, avec un enfant sur huit mourant avant d’atteindre l’âge de cinq ans soit à peu près 20 fois plus que la moyenne dans les régions développées, qui est d’un sur 167. Ces enjeux ont motivé la proposition de ce dossier thématique qui cherchera à répondre aux questions qui suivent : quelle est la situation actuelle de la santé maternelle, néonatale et infantile en Afrique ? Quelles sont les perspectives envisagées pour une meilleure compréhension et des approches empiriques et théoriques de solutions adaptées à cette situation ? L’objectif ici est de dresser dans un premier temps un portrait actuel sur la santé maternelle, néonatale et infantile en Afrique et deuxièmement d’identifier les défis, les solutions et les pistes pour des analyses ultérieures.

ANNONCE

Argumentaire

La santé maternelle, néonatale et infantile est une problématique importante dans le monde. Si certains pays font beaucoup plus pour les femmes et enfants en matière de santé, les progrès accomplis par d’autres pays à faible niveau de revenu, ne sont pas à la hauteur de ceux affichés à travers les objectifs de développement durable (ODD) en faveur d’une réduction des taux de mortalité maternelle, néonatale et infantile (UNICEF, 2008). Chaque année, plus d’un demi-million de femmes meurent de causes liées à la grossesse et à l’accouchement et pour près de six millions d’enfants de moins de cinq (05) ans, les principales causes de décès sont les complications de prématurité et de maladies infantiles courantes (L. Liu et al., 2016; OMS, 2017). Des millions d’autres femmes et d’enfants souffriront de divers handicaps, maladies, infections et traumatismes. La majeure partie de ces problèmes de santé et décès se produisent dans les pays d’Asie et de l’Afrique (P. Song et al., 2015; A. Lilungulu et al., 2020).

En Afrique, la mortalité maternelle, néonatale et infantile demeure un véritable fléau : 57 % de tous les décès maternels surviennent sur le continent, ce qui fait de l’Afrique la région du monde où le ratio de mortalité maternelle est le plus élevé (UNFPA, 2013). Alors qu’une femme sur 4 700 court le risque de mourir de complications liées à la grossesse dans le monde industrialisé, une femme africaine sur 39 court ce même risque (N. Prata et al., 2010). Par ailleurs, l’Afrique continue d’enregistrer les taux les plus élevés de mortalité infantile, avec un enfant sur huit (08) mourant avant d’atteindre l’âge de cinq (05) ans soit à peu près 20 fois plus que la moyenne dans les régions développées, qui est d’un sur 167. Approximativement, 30 % de ces décès des moins de cinq ans frappent les nouveau-nés, et environ 60 % surviennent durant la première année de vie (UNFPA, 2013). Ces taux de mortalité maternelle et infantile sont caractérisés par des disparités géographiques. Par exemple, des variations à la hausse d’une région à une autre ont été observées sur le ratio de mortalité. L’Afrique centrale enregistre le ratio le plus élevé (1 150 décès maternels pour 100 000 naissances vivantes), suivie de l’Afrique de l’Ouest (1 050 décès maternels pour 100 000 naissances vivantes). Les femmes de l’Afrique australe présentent le plus faible ratio de mortalité maternelle de toute l’Afrique subsaharienne, 410 décès maternels pour 100 000 naissances vivantes ; toutefois, ce taux demeure élevé par rapport aux niveaux enregistrés à l’échelle mondiale (WHO et al., 2015).

En signe de riposte à ce problème, ces dernières années, des stratégies et initiatives internationales et nationales ont été lancées et mises en place en vue d’intensifier et de mieux coordonner les efforts pour améliorer la santé maternelle et infantile dans le monde et particulièrement en Afrique. L’objectif de ces interventions est de mettre fin ainsi aux décès évitables de femmes et de nouveau-nés. Des progrès sensibles ont été accomplis ces 10 dernières années pour la santé des femmes, des mères et des enfants en Afrique. L’espérance de vie s’est allongée et certaines causes majeures de la mortalité maternelle et infantile ont diminué. Cependant, les défis restent énormes malgré les efforts importants qui ont été consacrés pour promouvoir la santé de la femme et l’enfant. Les taux de mortalité maternelle dans certains pays comme le Mali, le Niger ou la Mauritanie  s’élèvent à plus de 550 décès pour 100 000 naissances (L. Alkema et al., 2015). De Plus, 80% des décès néonatals survenus en 2016 ont été enregistrés dans ces pays. Le nombre trop élevé de femmes qui meurent de causes évitables en Afrique pendant l’accouchement ou encore d’enfants avant leur cinquième anniversaire, et même, au cours de leur premier mois de vie est inacceptable.

Plusieurs études révèlent pourtant que près de 80 % des décès maternels pourraient être évités si les femmes avaient accès à des services essentiels de maternité et à des soins de santé de base, à des délais de réponse appropriés (F. A. Adiko et al., 2018; OMS, 2017; M. Seguin et M. Niño-Zarazúa, 2015; L. Sale et al., 2014; M. Ymba, 2013; H. Blencowe et al., 2012; R. Lozano, 2011). En effet, les actions pour améliorer la santé de la femme et de l’enfant, faire reculer la mortalité maternelle et infantile et combattre pour la survie des enfants, sont déjà connues. Mais pour qu’elles soient efficaces, il faut une bonne compréhension des problématiques liées à la santé des mères et de leurs enfants et avoir une connaissance exhaustive des causes fondamentales des mortalités maternelles et infantiles.

L’Afrique fait face ces dernières années à des mutations sans précédent sur le plan démographique, économique, politique et sanitaire marquées par des inégalités importantes, de nombreuses pandémies (VIH-Sida, Ebola, Covid-19, etc.) et des conflits armés. Ces faits ne devraient pas être ignorés dans la mise en place des actions de lutte contre la mortalité maternelle et infantile mais associés aux actions déjà existantes. C’est pourquoi, un état des lieux sur la santé maternelle et infantile en Afrique est déterminant avant toute action « Savoir pour mieux agir ».

Ces enjeux ont motivé la proposition de ce dossier thématique de la Revue Espace, Territoires, Sociétés et Santé (RETSSA) qui cherchera à répondre aux questions qui suivent : quelle est la situation actuelle de la santé maternelle, néonatale et infantile en Afrique ? Quelles sont les perspectives envisagées pour une meilleure compréhension et des approches empiriques et théoriques de solutions adaptées à cette situation ?

L’objectif ici est de dresser dans un premier temps un portrait actuel sur la santé maternelle, néonatale et infantile en Afrique et deuxièmement d’identifier les défis, les solutions et les pistes pour des analyses ultérieures.

Cet appel, en s’appuyant sur une approche transversale a pour ambition de rassembler des travaux épidémiologiques, sociologiques, anthropologiques, géographiques, démographiques, économiques, etc. sur la problématique de la santé maternelle et infantile en Afrique.

Les articles proposés pour ce numéro concernent les contributions sur : les réflexions épistémologiques ou théoriques, puis, les résultats des études empiriques portant sur sept principaux axes thématiques.  

Axe thématique 1 : réflexions théoriques, méthodologiques, épistémologiques et politiques de la santé maternelle, néonatale et infantile  

Cet axe thématique s’articule autour des réflexions théoriques, épistémologiques, méthodologiques et politiques sur la problématique de la santé maternelle, néonatale et infantile en Afrique. Les aspects à aborder concernent les méthodes de mesures de la mortalité maternelle et infantile, les indicateurs de santé maternelle et infantile, les innovations pour l’amélioration de la santé maternelle et infantile, la cartographie de la santé maternelle et infantile, l’interaction entre santé maternelle et infantile et politique de santé. Les questionnements couvrent également l’analyse innovante des interventions ou actions adaptées pour lutter contre la mortalité maternelle infantile, etc., en s’appuyant sur les expériences africaines.

Les contributions pour ce numéro pourront explorer la combinaison des approches méthodologiques comme celles de la biomédecine et des sciences sociales traitant de la santé maternelle, néonatale et infantile.

Axe thématique 2 : épidémiologie et mortalité maternelle, néonatale et infantile

Cet axe vise à mieux comprendre et mesurer les facteurs ou les combinaisons de facteurs susceptibles d’expliquer certaines maladies et d’exercer une influence sur leur fréquence, leur distribution dans le temps et dans l’espace, leur évolution chez les femmes, les nouveaux nés et les enfants. Il examine les tendances et les niveaux de santé maternelle, néonatale et infantile dans chacune des grandes régions de l’Afrique ou dans les pays, en se servant des taux de mortalité comme indicateurs de référence. Il explore brièvement les principales causes, proximales ou sous-jacentes de la mortalité et de la morbidité maternelles, néonatales et infantile et définit le cadre dans lequel seront accélérés les progrès. Outre l’identification des causes médicales du décès, il est important de connaître les représentations sociales et l’histoire personnelle de la femme, des enfants et les circonstances précises de leur décès. Des contributions utilisant des données probantes pour mesurer les taux de mortalités maternelles et infantiles sont vivement encouragées.

Les études rétrospectives, historiques, et les points sur les inégalités de la mortalité sont attendus.

Axe thématique 3 : accès et recours aux services de santé maternelle, néonatale et infantile

L’accès aux services de santé est l’un des facteurs clefs favorisant une meilleure santé des mères et des enfants. Cet axe se penche sur les dimensions géographiques, socio-économiques, sanitaires, éducatifs et culturelles de l’accès qui influencent le recours aux services de santé maternelle, néonatale et infantile. En outre, il s’intéresse aux déterminants ou facteurs de renoncement aux soins des femmes en milieu urbain et rural africain ainsi qu’aux obstacles à leur accès aux soins. Cet axe traite de la question des inégalités liées au genre et donc, s’intéresse aux facteurs justifiant les choix des femmes qui utilisent les centres de santé et leurs satisfactions vis-à-vis de la qualité des prestations reçues.

Axe thématique 4 : nutrition des mères, du nouveau-né et de l’enfant et bien-être

La nutrition est un déterminant important de bonne santé pour la mère et l’enfant. Cet axe s’attarde sur les pratiques, les connaissances, les attitudes et les comportements des mères en matière de soin, d’alimentation, de nutrition et de bien-être pour elles-mêmes et pour leurs enfants pendant leur grossesse, à l’accouchement jusqu’au postpartum. Par ailleurs, cet axe se penche sur l’influence culturelle ou du réseau social sur les pratiques nutritionnelles des mères et de leurs enfants. Enfin, cette thématique attend vivement les travaux sur la conception de la relation entre l’allaitement maternel et la santé maternelle et infantile ainsi que les pratiques et perceptions d’alimentations complémentaires, artificielles et de nutrition pour les nourrissons.

Axe thématique 5 : santé mentale, handicap et santé maternelle, infantile, et résilience

La santé maternelle prend en compte tous les aspects de la santé de la femme, depuis la grossesse, à l’accouchement jusqu’au postpartum. Si la maternité est souvent une expérience positive et satisfaisante, elle est, pour beaucoup de femmes, leurs proches et des communautés, synonyme de souffrance, de maladie et même de mort. C’est le cas pour la plupart des femmes souffrant de handicap physique et mental. L’objectif de cet axe est d’approfondir les connaissances sur comment les femmes souffrant de handicap vivent leur grossesse. Quelles sont les difficultés auxquelles, elles sont confrontées pendant et après l’accouchement ? Quelles sont les stratégies qu’elles mettent en place pour faire face à certaine situation complexe ? Quelle prise en charge pour les femmes enceintes souffrant de handicap physique et mental ? Comment sont soignés les nouveau-nés ou enfants victimes de handicap ? Dans cet axe, tous ces questionnements sont à analyser en prenant en considération les stratégies et politiques développées par les systèmes de santé en Afrique et ce, dans sa globalité et sa complexité.

Axe thématique 6 : pandémies, conflits armés et santé maternelle, néonatale et infantile

L’objectif de cet axe est de faire un état des lieux sur les problèmes de santé rencontrés par les mères, les nouveau-nés et les enfants en période de pandémie ou conflits armés. Cet axe vise aussi à présenter les inégalités sociales face aux pandémies, qui se révèlent de l’exposition des mères et enfants de moins de cinq ans, à ses facteurs aggravant leur santé et fragilisant leur prise en charge. En outre, il s’intéresse au vécu des mères pendant la grossesse, à l’accouchement jusqu’ au postpartum en temps de pandémies ou conflits armés. Quelles sont les différentes barrières auxquelles font face ces femmes ou ces enfants? Quelles sont les leçons et conseils pratiques que nous pouvons apprendre en période de pandémie ou conflits sur la santé maternelle, néonatale et infantile. Le cumul de ces constats permettra d’adresser des problématiques liées à la vulnérabilité et la résilience de ces populations face aux pandémies et conflits armés.

Axe thématique 7 : quelles sont les perspectives ?

Cet axe cherche à regrouper des textes sur des interventions ou actions innovantes, utilisant des données probantes pour améliorer la santé de la femme et de l’enfant, faire reculer la mortalité maternelle et infantile et combattre les obstacles de la survie des enfants en milieu urbain et rural africain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *