Thématique : Autonomisation, contextualisation et interdisciplinarité de la science politique en Afrique francophone

Date Limite de Soumission des propositions : 15 octobre 2020

RÉSUMÉ

Le colloque a pour objectif principal de favoriser un creuset d’échanges et d’analyses scientifiques entre les différents acteurs intervenant dans le champ de l’analyse des politiques publiques, des relations de pouvoir, du discours politique, des phénomènes et comportements politiques, de l’État et du pouvoir politique, de la sociologie africaine du politique et de l’État, des relations internationales contemporaines en Afrique.

ANNONCE

Argumentaire

Le Centre d’études sociologiques et de science politique (CESPo) de l’université d’Abomey-Calavi (UAC) est un centre de recherche en sciences sociales. Rattaché à la faculté de droit et de science politique (FADESP), le CESPo œuvre pour la promotion, l’institutionnalisation et la dynamisation de la science politique en Afrique francophone. Son objectif est de mettre en place une interface internationale d’échanges scientifiques et interactifs entre les chercheurs en science politique, en droit et en sociologie. Par l’organisation des journées d’études scientifiques, des colloques et des publications, le CESPo participe constamment à la création d’un espace institutionnel d’appui au renforcement des capacités pédagogiques et d’expertise pour le développement.

L’organisation du Colloque régional sur l’« autonomisation, contextualisation et interdisciplinarité de la science politique » s’inscrit dans une logique de faire connaître davantage cette discipline qui est en manque de visibilité dans le contexte africain globalement et dans certains pays comme le Bénin, la Côte d’ivoire, le Togo, etc. tout particulièrement. Le choix de ce thème s’explique par deux arguments.

Le premier est relatif à la création d’un espace de production et de diffusion des savoirs et fondamentaux de la science politique, en mettant l’accent sur son autonomisation, son interdisciplinarité, sa contextualisation en Afrique (cultures et comportements politiques) et ses débouchés professionnels.

Le second argument participe de l’institutionnalisation de la science politique dans les paysages politique, administratif, scientifique et académique des pays africains. Il s’agit donc de voir dans la science politique, une science du pouvoir dans son rapport avec la gouvernance (politique et administrative), partenaire des actions et des politiques de développement, de la gouvernance administrative, des réformes juridiques et leur gouvernance, de l’art de gouverner, de conduire et de gérer des projets, de la diplomatie, des politiques internationales, etc.

Axes et sous-thèmes du colloque

Axe 1 : L’autonomisation de la science politique dans le contexte africain : regard croisé

  • La science politique dans un contexte global ;
  • Le regard épistémologique du politiste sur l’autonomie de la Science politique en Afrique contemporaine ;
  • Perceptions sociales et socialisantes du politiste et du politique en Afrique ;
  • Parcours de la science politique dans les universités africaines ;
  • Le politiste et le politicien, deux inconnus.

Axe 2 : La science politique, une science au service du développement

  • La Science politique, une science de la modernisation politique et administrative de l’Etat ;
  • La Science politique, une science du management économique de l’Etat.

Axe 3 : Rapports de complémentarité et de conflictualité entre la science politique et les autres disciplines des sciences sociales

  • Science politique et sociologie : quelles frontières tracées ?
  • Science politique et droit public : quelles limites ?
  • Histoire et science politique : une fusion possible ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *